Pages

mardi 26 février 2013

M23 : Makenga et Runiga à couteaux tirés !

(La Prospérité 26/02/2013)
Dix morts parmi lesquels 8 civils et 2 militaires. C’est le bilan d’une mutinerie dans la rébellion du M23. Il est 19h05’, heure de Bunagana, ce dimanche 24 février 2013, lorsqu’un groupe de militaires commandés par Sultani Makenga fait irruption à la résidence de Runiga Jean-Marie et tente de le désarmer ou, mieux, de désarmer sa garde, sans y parvenir. Le Pasteur-président du M23 aurait eu la vie sauve grâce à un autre groupe au sein du même groupe qui, lui, serait dirigé discrètement par Bosco Ntangada, le Général déchu des Fardc. Concrètement, indiquent nos sources, c’est le colonel Baudouin Ngaruye, homme de main de Ntaganda qui aurait extirpé Runiga Jean-Marie des menaces de Makenga. A en croire des sources proches de la Société Civile de Rutshuru, la panique était générale ce dimanche 24 février 2013 à Bunagana, localité congolaise frontalière à la ville Ougandaise de Kisoro. A la base, des tirs nourris venant du Quartier Général de la rébellion du M23. Craignant pour sa sécurité, la population de Bunagana, terrorisée depuis l’occupation de la contrée, a préféré ne pas attendre des explications, en se réfugiant en masse à Kisoro. Renseignements pris, il y aurait eu affrontements entre deux factions au sein du M23 qui ont causé, au bas mot, dix morts dont 8 civils et 2 militaires. En effet, un groupe de militaires proche de Sultani Makenga aurait fait irruption à la résidence de Runiga Jean-Marie et tenté, mais en vain, de désarmer sa garde. Le Pasteur-président du M23 aurait eu la vie sauve grâce à un autre groupe au sein du même groupe qui, lui, serait dirigé discrètement par Bosco Ntaganda, le Général déchu des Fardc. Après ces échauffourées, le Président du M23 se serait retiré de Bunagana, pour s’installer provisoirement à Rutshuru. L’accord-cadre signé le même jour de la brouille ayant apporté un tournant décisif dans le développement de la situation politique et, dans un avenir proche sur le plan militaire, les deux camps se disputeraient le leadership du mouvement. Le camp de Runiga, indique DRCNEWS qui cite la société civile de Rutshuru, s’opposerait énergiquement à toute intégration au sein des institutions nationales. Tandis que Sultani Makenga et ses ouailles auraient reçu l’ordre de se conformer au schéma d’Addis-Abeba. Hier, indique-t-on, la situation est restée tendue dans cette zone, faisant ainsi craindre de nouveaux risques d’escalades entre les deux camps qui se regardent en chien et chat. Les tireurs de ficèles que sont le Rwanda et l’Ougandais seraient entrés en danse pour calmer les esprits. Parmi les civils tués, la source cite une consœur du nom de Tatiana Kahashi, journaliste à la Radio La Colombe et collaboratrice dans une chaine de télévision locale. Le comble dans cette aventure est que ceux qui se disputent le leadership de ce mouvement sont tous recherchés par la justice internationale. Dans un communiqué publié récemment, la Procureure de la Cour Pénale Internationale, Mme Fatou Bensouda a reconnu que : ‘‘la poursuite des violences dans l’Est de la RDC est le reflet du lourd tribut payé par les victimes en raison de l’impunité qui frappe la région’’. Et d’ajouter qu’ ‘‘une fois de plus, les civils pâtissent des stratégies politiques et militaires. Ils ne sont que de simples pions aux yeux des stratèges qui soutiennent et financent des groupes armés pour leurs propres intérêts, que ce soit depuis la RDC ou depuis l’extérieur’’. Il faut dire que cette zizanie au sein du M23 vient fragiliser une rébellion de plus en plus marginalisée par la Communauté internationale qui l’a complètement mise à l’écart de l’accord-cadre sur la paix, la sécurité et le développement de la République Démocratique du Congo et de la région des Grands Lacs. Aussi, réagissant à la signature de cet accord, le M23 dit ne pas être concerné. Pour lui, une solution politique négociée dans la crise dans l’Est de la RDC serait préférable au déploiement d’une brigade d’intervention sur laquelle se base l’Onu, pour neutraliser les groupes armés. Comme pour dire qu’il s’en tient aux pourparlers de Kampala qui, depuis bientôt trois mois, font du sur place, en ayant débattu qu’un seul point à l’ordre du jour. Dans l’entre-temps, le M23 se dit prêt à toute éventualité, à l’approche du déploiement de la brigade d’intervention. La Pros.

© Copyright La Prospérité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand