Pages

jeudi 7 février 2013

A New York Matata démontre les mensonges de Kagame

(L'Avenir Quotidien 07/02/2013)
Dans une interview que le Premier ministre Matata Ponyo a accordée à la chaîne câblée CNN du magnat de la presse Ted Turner, il a démontré les mensonges de Paul Kagame qui refuse de reconnaître qu’il soutient les rebelles du M23 en Rd Congo. Pour lui, quand on dit que le Rwanda soutient le M23, ce n’est pas le Gouvernement de la Rdc qui le dit, mais c’est l’ONU qui l’a dit à travers ses experts

Pour mettre un terme aux conflits à l’Est du pays, le Premier ministre estime que la solution passe par le dialogue constructif entre la Rd Congo et le Rwanda.
Dans un autre chapitre, le chef du Gouvernement de la Rd Congo a insisté sur les performances économiques engrangées par son pays. Des progrès énormes qui sont de nature à influer positivement sur la paix et la sécurité dans l’ensemble du pays.
En séjour de travail aux Etats-Unis d’Amérique depuis le 3 février 2013, le Premier ministre Matata Ponyo a accordé une interview à la chaîne câblée CNN du magnat de la presse Ted Turner où il a démontré et contredit les mensonges du négrier Paul Kagame, président du Rwanda.
En effet, c’est l’Onu à travers ses experts qui a affirmé noir sur blanc que le Rwanda avait contribué à soutenir militairement et financièrement les rebelles du M23 qui sont en guerre contre le Gouvernement de la Rd Congo et qui veulent renverser le président Joseph Kabila. Eclairés par ce rapport, plusieurs pays ont suspendu leur coopération militaire avec le Rwanda, lui demandant de mettre un terme à son appui militaire. Comme conséquence, le ministre des Finances rwandais a été obligé de réduire les perspectives de croissance en 2013. Ceci, parce que le Rwanda est l’un des pays africains qui finance son budget à travers des appuis budgétaires des partenaires au développement.
De même, la Maison Blanche à travers le président Barak Obama, a appelé Paul Kagame pour insister sur l’importance de mettre fin à tout soutien aux groupes armés en Rd Congo. Mais à toutes ces demandes, Kagame y a réservé une fin de non recevoir, se contentant de dire qu’il ne pouvait pas accepter ce genre de responsabilités, dans une interview diffusée sur la même chaîne CNN. Sans toutefois parvenir à contredire le rapport des experts des Nations Unies.
Les Nations Unies l’ont dit
Réagissant à ce tissu de mensonges, le Premier ministre congolais a dit que c’est bien beau de refuser la vérité. En effet, quand on dit que le Rwanda est impliqué dans cette guerre, quand on dit que le Rwanda soutient le M23, ce n’est pas le Gouvernement de la Rdc qui le dit, c’est bien l’ONU qui l’affirme à travers ses experts. Et ce sont ces experts qui ont été sur terrain, qui ont causé avec les officiers rwandais, des indépendants qui ont dit que le Rwanda est impliqué jusqu’au cou.
Le Premier ministre a expliqué à son interlocutrice (la journaliste) que quand on regarde les causes à la base de cette crise, il y a des appuis extérieurs. Si les rebelles du M23 n’avaient pas bénéficié d’un soutien extérieur pour venir déstabiliser le pays, à ce jour, nous aurions eu la paix et la sécurité sur l’ensemble de la Rdc. Selon le rapport du groupe d’experts des Nations Unies, on sent l’implication des pays extérieurs. « Pour le cas du M23, nous avons notamment interrogé individuellement plus de cent anciens combattants du mouvement rebelle ; 57 d’entre eux ont déclaré être des citoyens rwandais. Tous ont donné des témoignages détaillés sur le soutien du Rwanda aux rebelles », a indiqué Steve Hege brise, dans une interview accordée au journal Le soir.
Il dit avoir corroboré ces informations avec un réseau de plus d’une centaine d’autres sources notamment des leaders locaux, de commerçants, de simples paysans, d’ex-officiers de l’armée rwandaise, ainsi que d’anciens officiers du CNDP qui maintiennent de nombreux contacts avec leurs amis et membres de leurs familles qui ont adhéré au M23.
De même, à travers des descentes fréquentes sur le terrain dans des zones contrôlées par les groupes armés, ils ont été témoins eux-mêmes d’une coopération étroite entre les rebelles et les forces spéciales de l’armée rwandaise et de livraisons d’équipement militaire en provenance de l’extérieur.
Le rapport conclut que le gouvernement du Rwanda a créé, équipé, entraîné, et commandé le M23, mais que les rebelles bénéficiaient aussi d’un soutien très important de la part des réseaux composés d’individus au sein du gouvernement ougandais. L’un des faits les plus palpables, c’est la présence des troupes ougandaises venues renforcer les rebelles lors de la prise de Kiwanja et de Rutshuru fin juillet 2012. Cette présence a été confirmée par des dizaines d’ex-combattants, y compris deux Ougandais, des cartouches de l’armée ougandaise trouvées sur les champs de bataille (annexe 28), ainsi que par beaucoup de témoins directs dans les localités où ils ont été déployés.
Pour un dialogue Rd-Congo-Rwanda
Réagissant à une question relative aux pourparlers de Kampala entre la délégation de la Rd Congo et le Mouvement rebelle M23, Matata Ponyo a dit que la fin de la guerre, c’est le souhait de tout le monde. Pour lui, si le M23 souhaite la paix, nous allons les accepter mais il ne faut pas des solutions qui soient piégées. « Que ça soit des propositions transparentes et constructives et nous sommes d’accord pour la paix définitive », dit-il. Mais pour lui, la solution passe par un dialogue constructif entre la Rd Congo et le Rwanda, d’autant plus que la guerre dont la Rdc est victime, est une guerre par procuration.
Au-delà de ceci, l’effort que le Gouvernement est entrain de fournir, c’est de veiller à rétablir la paix et la sécurité à l’Est du pays. Car selon lui, la situation que le pays a connue en 2001 et en 2006 a complètement changé aujourd’hui. Et n’eût été la guerre nous imposée par le Rwanda, nous aurions eu la paix et la sécurité dans l’ensemble du pays, reconnaît le Premier ministre. Mais le rétablissement de la paix est un processus et la Rd Congo est un pays qui a été amené dans une guerre qu’elle n’a pas voulue. Et c’est grâce aux efforts fournis par le président de la République, Joseph Kabila, que la paix a été instaurée.
Mais aujourd’hui, explique le Premier ministre, le pays engrange des performances économiques. « Nous faisons des progrès énormes qui sont de nature à influer positivement sur la paix et la sécurité dans l’ensemble du pays ». Et lorsque vous regardez le niveau du PIB, regardez aussi le niveau de croissance du PIB. Parce que le niveau du PIB est influencé par le taux de croissance du PIB et nous avons fait un taux de croissance de 7,2% en 2012 et nous espérons un taux de croissance de 8,2% en 2013.

L’Avenir

© Copyright L'Avenir Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand