Pages

lundi 18 février 2013

Congo (RDC) : l’impasse de la stabilisation à l’est du pays

(Le Griot 18/02/2013)
La surveillance des frontières de la République Démocratique du Congo sera bientôt effective, c’est la nouvelle que vient d’annoncer le premier ministre Matata Ponyo Mapon. Selon le chef du gouvernement, la circulation des drones débuterait probablement à partir du mois de juin en sachant que le processus d’acquisition des engins avait déjà été lancé.
Confiée à la Monusco, L’utilisation de ces drones de surveillance a reçu l’avale du conseil de sécurité des nations unies ainsi que la bénédiction des pays du grand lac. A l’origine le Rwanda se montrait retissent, mais il a finit par accepter son utilisation. L’arrivée des drones s’inscrit dans le cadre des efforts pour la stabilisation de l’Est de la RDC en termes de soutien logistique. Cependant, Aujourd’hui encore, les deux principaux protagonistes, à savoir le gouvernement congolais et le mouvement rebelle M23 sont toujours en désaccord sur le mécanisme de cette stabilisation.
Le mouvement rebelle souhaite intégrer l’armée congolaise régulière dans le but de combattre ce qu’il qualifie de forces négatives à l’est du Congo. Il s’agit notamment des FDLR, des maï-maï ainsi que d’autres groupes armés de la région. Nonobstant, Le gouvernement congolais aborde la question avec un œil complètement différent, il n’est pas question de négocier ce point avec la rébellion, la seule issue possible reste le dépôt des armes et la dissolution du groupe armé. Kinshasa considère illégitime cette revendication du M23. Pour un cadre de l’armé congolaise, accepter cette proposition revient à créer une armée au sein de l’armée. Pire encore, elle refusera de quitter la zone de conflit. Un brassage théorique des deux forces ne serait qu’une légitimation de la position des rebelles dans leurs tentatives de contrôle de la région.
Par ailleurs, ces conflits interviennent alors que le Congo se bat bec et ongles pour ne pas définitivement perdre le soutient financier du Fonds Monétaire International. Le premier ministre a récemment effectué des visites aux USA pour convaincre l’institution de Bretton Wood de reprendre sa coopération avec le Congo. Si les négociations échouent, le pays va devoir renoncer aux 225 millions de dollars de prêt promis par le FMI.

Écrit par Corinna Leblanc-Justin

© Copyright Le Griot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand