Pages

mardi 26 février 2013

Banque centrale du Congo : inauguration de la nouvelle salle de traitement des billets de banque

(Digitalcongo.net 26/02/2013)
La Banque centrale du Congo (BCC) poursuit sa modernisation « visant à hisser l’Institution d’émission au niveau des banques centrales de premier rang, celles qui sont crédibles, performantes, efficientes et qui rendent un service de qualité à l’économie nationale dans l’accomplissement de leurs missions » dixit J. Claude Masangu Mulongo.
Lundi 25 février, le gouverneur J.C. Masangu a procédé devant le vice-gouverneur, les administrateurs du Conseil de la Banque, les commissaires aux comptes, les administrateurs délégués des établissements de crédit, le représentant du Fonds monétaire international, les représentants de Giesecke Devrient et African Banking Service a procédé à l’inauguration de la nouvelle salle de traitement des billets de banque.
Cette inauguration a été une occasion propice pour le gouverneur de la Banque centrale de faire, à l’intention des personnalités présentes, un bref aperçu du chemin parcouru, des écueils surmontés pour arriver à ce résultat qui force l’admiration. Des problèmes majeurs avaient été relevés en son temps qui rendaient « difficile la réalisation de l’une des missions de l’institut d’émission, à savoir : assurer une bonne circulation fiduciaire.
Pour résoudre et améliorer le niveau de la qualité du service rendu par l’Institut d’émission, il fut crée en 2006, un comité de suivi du Projet de modernisation de la direction de la trésorerie (CSPMBT). Ce comité se transforme en 2009 en Comité de pilotage du projet de modernisation de la direction de la trésorerie (CPPMDT en sigle) à la suite de la réorganisation de l’ensemble des entités de la Banque centrale. Ce projet a bénéficié pour sa conception et sa mise en œuvre du concours de l’assistance technique du département des capitaux et de marchés de Fonds monétaire international et de la Banque nationale de Belgique a encore laissé entendre J.C Masangu.
Au terme de ce projet, des améliorations profondes ont été apportées à la direction de la trésorerie tant sur le plan organisationnel, des infrastructures, des investissements en ressources humaines et outils de travail et de la programmation de la liquidité.
Mis à part l’introduction des procédures et nouvelles méthodes de travail, la direction de la Trésorerie a subi des modifications importantes avec l’apparition de deux services, le premier est destiné uniquement aux banques et appelé service guichet professionnels tandis que le second dénommé Service guichets publics traite des opérations du trésor, des tiers et de la Banque centrale.
Sur le plan infrastructurel, des nouvelles salles de traitement des billets de banque cloisonnées, l’installation d’un système automatique de contrôle d’accès aux différentes zones de sécurité de la direction de la trésorerie (…), le réaménagement des chambres fortes en vue d’accroître la capacité de conservation des encaissés et faciliter l’identification par banque versante des fonds non encore comptés.
La mise en marche de la nouvelle salle a nécessité des investissements en ressources humaines et en outils de travail a encore rappelé le gouverneur J.C Masangu. Parmi ceux-ci : l’engagement de nombreux compteurs par la Banque centrale ainsi que l’utilisation de sous-traitants, l’acquisition d’une série de machines de traitement des billets de banque de différentes capacités, l’acquisition en 2013, des équipements de perforation destinés à l’invalidation des billets ne revêtant plus la qualité nécessaire pour être réinjectés dans l’économie et enfin l’acquisition d’équipement pouvant à la fois compter, trier et immédiatement détruire les billets de banque jugés impropres à la circulation.
Sur ce registre précis, la Banque centrale pour se mettre au niveau des standards internationaux a acquis une machine de comptage des billets de banque dénommée BPS-C4, et qui est l’une des plus performantes des acquisitions de la BCC. Cette machine, dira le gouverneur Masangu, dispose d’une capacité maximale de comptage 43.000 billets par heure. Si l’on peut considérer que le traitement optimal peut tourner autour de 150.000 billets par jour, elle peut compter mensuellement 3.300.000 billets, soit CDF 66 milliards (USD 72 millions) par machine en coupure de CDF 20.000.
Et ces acquisitions ne concernent pas seulement la seule direction de la trésorerie mais concernent aussi les entités provinciales enregistrant, en versements, des flux importants des billets de banque à leurs guichets. Il s’agit de Boma, Matadi, Kasumbalesa, Lubumashi, Bukavu et Goma.
L’amélioration de la programmation de la liquidité n’est pas demeurée en reste. Ce qui a permis une nette amélioration de la circulation fiduciaire en terme de qualité et d’efficacité dira encore le gouverneur.
Pour terminer son mot, le gouverneur J.C Masangu a invité l’ACB à s’associer avec l’Institut d’émission pour réfléchir et fixer les normes des billets propres à mettre à la disposition du public au travers des guichets et surtout de déterminer les modalités de versements des encaissés aux guichets de la BCC avant d’inviter les personnalités présentes à visiter les 4 nouvelles salles de comptage.

L’Observateur(CL/Yes)
Last edited: 26/02/2013 13:48:47

© Copyright Digitalcongo.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand