Pages

mercredi 2 janvier 2013

Balkanisation du Congo: le M23 ne fait qu’abattre les cartes de Kigali

(KongoTimes 02/01/2013)
On en sait un peu plus sur les vraies ambitions du mouvement rebelle M23 qui, en réalité, ne semble défendre que les intérêts du Rwanda. Au-delà des revendications sur les accords du 23 mars 2009 avec l’ex-CNDP et des prétextes visant des prétendus desiderata de l’Opposition interne, la rébellion issue du CNDP a d’autres visées. Un journal ougandais, se basant sur les révélations d’une personnalité très au fait de l’actualité dans la région des Grands lacs, a levé un pan de voile de la véritable lutte du M23 qui ne fait qu’abattre la carte de Kigali.
Les rebelles du M23, en dépit de la trompette qu’ils embouchent officiellement pour le besoin de la cause, ont plutôt d’autres visées à travers les pourparlers de Kampala. Ainsi donc, au-delà de la révision des accords du 23 mars 2009 signés entre le Gouvernement et le CNDP, à travers lesquels nombre de membres de l’ex-mouvement cher à Laurent Nkunda ont trouvé leurs comptes après la signature des accords, le M23 ne semble pas accorder assez d’importance à toutes ces revendications officielles, ni moins au fameux prétexte politique basé sur d’autres revendications copiées en réalité sur l’ensemble des charges de l’Opposition.
L’ETABLISSEMENT D’UN ETAT A L’EST DE LA RDC
Le mouvement M23, qui semble s’appuyer sur un agenda caché du Rwanda, viserait l’établissement d’un Etat à l’Est de la RDC. C’est ce qu’a révélé un journal ougandais qui publiait, en fait, une déclaration émanant d’une personnalité très au fait de l’actualité dans la région des Grands lacs africain.
Voilà qui lève un pan des ambitions du M23 qui, comme on le sait, ne fait que défendre les intérêts de son géniteur que serait, en réalité, le Rwanda. Ce qui reviendrait à dire que la version révisée du dialogue intercongolais préconisé par le M23, en cherchant à tout prix à étendre les pourparlers de Kampala à l’Opposition politique et à la société civile, tentait de cibler d’abord l’adhésion de deux composantes pour légitimer sa démarche, semblait s’appuyer sur une initiative apparemment globale et inclusive pour en fin de compte sortir ses griffes en dernière minute. Car, avant de baser toute sa lutte sur la balkanisation de la RDC, il fallait s’assurer l’adhésion des autres composantes.
LA BALKANISATION DE LA RD CONGO?
Au nom de la cohésion nationale et de la mobilisation générale décrétée par Joseph Kabila Kabange, en dépit des problèmes internes, il est d’abord et avant tout question de protéger l’intégralité des frontières de la RD Congo. Au moins, sur ce chapitre précis, les Congolais en général, peu importe leurs convictions politiques, religieuses ou autres, parlent tous le même langage en disant à haute et intelligible voix, «non» tout à la balkanisation de leur pays. C’est à première vue ce que les rebelles du M23 et leurs commanditaires rwandais ne semblaient pas prévoir au départ de leur action au point que la carte pose désormais problème à Kampala. Car, soulever à l’heure actuelle la question liée à l’établissement d’un Etat autonome à l’Est de la RD Congo équivaudrait à tenter de traduire en actes le projet de la balkanisation du pays tant décrié par le peuple congolais dans son ensemble. Et c’est précisément là que les Romains s’empoignèrent. Surtout qu’aucun Congolais ne peut digérer un tel repas ou tolérer un tel somnifère. Du coup, le M23, qui comprend en son serin des candidats à la justice internationale, est mal barré. Soulever une question ayant trait à l’établissement d’un Etat à l’Est de la RDC, résonne, dans les oreilles des Congolais, comme une vraie déclaration de guerre.
FAIRE BLOC POUR FAIRE ECHEC A L’ENNEMI
On comprend pourquoi, pour faire échec à ce projet, le Gouvernement a pris des précautions en limitant les pourparlers de Kampala à l’évaluation des accords du 23 mars 2009 signés avec l’ex-CNDP. Ce qui coupe court aux ambitions démesurées du M23 qui espérait tirer son épingle du jeu en misant sur la naïveté des Congolais. Pourtant, face à la menace de la balkanisation de leur pays, tous les Congolais parlent le même langage. Et ce n’est pas un mouvement rebelle, surtout celui téléguidé par le Rwanda qui peut les dissuader. En misant sur cette approche, le M23 a visiblement fait fausse route pour avoir négligé la corde sensible ou ce qui touche au coeur même des Congolais quelles que soient leurs divergences politiques.

[M. M.]

© Copyright KongoTimes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand