Pages

dimanche 7 juin 2015

RDC - Dismas Kitenge : "Guerre de six jours entre Rwandais et Ougandais, un crime oublié"

Deux armées étrangères - celles du Rwanda et de l'Ouganda - s'étaient affrontées durant six jours à Kisangani, dans le nord-est de la RDC. Quinze ans plus tard, Dismas Kitenge, vice-président de la FIDH, dénonce un "crime de guerre rangé dans les oubliettes". Interview.
Ce lundi matin du 5 juin 2000, les enfants étaient partis à l'école, certains parents au marché ou au travail. Vers 9 heures, la guerre éclate à Kisangani, dans le nord-est de la RDC. D'un côté, les Forces de défense rwandaises (RDF), et de l'autre, les forces armées ougandaises (UPDF), soutenant chacune un groupe rebelle congolais.
Durant six jours, ces deux armées régulières se sont affrontées à l'arme lourde dans un territoire étranger. Poussant les Nations unies à reconnaître, pour la première fois, "la [violation] de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la RDC".
Le diplomate congolais Christian Atoki Ileka, ambassadeur de la RDC en France, s'en souvient. À l'époque il était conseiller à la mission diplomatique de la RDC à New-York. "Il y avait des images des combats de ces deux armées étrangères sur le territoire congolais : l'Onu n'avait pas d'autres choix que de condamner le massacre de Kisangani", confie-t-il à Jeune Afrique, soulignant qu'il avait participé à l'élaboration de la résolution 1304 du Conseil de sécurité, adoptée le 16 juin 2000, laquelle avait exigé le retrait des forces rwandaises et ougandaises du territoire congolais.
Quinze années plus tard, seule l'Association des victimes de la "guerre de six jours" se remémore encore cet événement tragique. Dismas Kitenge, président de l'ONG Groupe Lotus, basé à Kisangani, et vice-président de la Fédération des ligues des droits de l'homme (FIDH) s'insurge contre le silence de l'État congolais, du Rwanda, de l'Ouganda et de l'Ouganda.
Jeune Afrique : Que reste-t-il de la "guerre de six jours" à Kisangani ?

Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis à Kisangani sont classés dans les oubliettes.
Dismas Kitenge : La "guerre de six jours" à Kisangani, c'est plus de 1000 morts, au moins 500 blessés et quelques 800 bâtiments détruits. Quinze ans plus tard, la population locale attend toujours des autorités congolaises et de la communauté internationale la vérité sur les circonstances qui avaient conduit à ces affrontements entre deux armées étrangères sur le territoire congolais.
Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis à Kisangani sont classés dans les oubliettes : les victimes réclament toujours justice.
Que répondent les autorités congolaises ?
Les victimes ne comprennent pas pourquoi le 5 juin n'est pas considéré comme une journée de commémoration nationale.
La "guerre de six jours" a été commémorée aujourd'hui à Kisangani dans l'indifférence des autorités congolaises. Au regard de l'ampleur des dégâts humains et matériels que ces affrontements ont causés, les victimes ne comprennent pas pourquoi le 5 juin n'est pas considéré comme une journée de commémoration nationale. La journée n'est même pas fériée à Kisangani. Les médias nationaux, le gouvernement, les institutions publiques n'en parlent. Seule l'Association des victimes a pris l'initiative de rappeler ces événements tragiques qui ont endeuillé la ville de Kisangani.
La Cour internationale de justice (CIJ) avait pourtant rendu un arrêt en 2005, demandant à l'Ouganda de réparer le préjudice causé sur le territoire congolais…
La CIJ a reconnu que l'Ouganda a violé le territoire congolais et l'a demandé à réparer. Malheureusement, les négociations entre Kinshasa et Kampala destinées à trouver les modalités de cette réparation n'ont jamais abouti. Puis, plusieurs événements ont poussé le gouvernement congolais à privilégier les relations diplomatiques au détriment des questions de justice. L'arrêt n'a toujours pas été mis en application.
Quinze ans plus tard, que demandent aujourd'hui les familles des victimes ?
Elles demandent avant tout la vérité et la justice. Des personnes soupçonnées d'avoir été à la base de ces affrontements doivent être poursuivies tant au niveau national qu'international. Parce que les deux armées étrangères se sont battues aux côtés des rebelles congolais. Ces derniers doivent aussi répondre de leurs actes.
Alors que les victimes attendaient des sanctions à l'encontre de certains présumés auteurs de ces crimes, beaucoup se retrouvent aujourd'hui dans les institutions de la République. C'est le cas du général Gabriel Amisi qui est aujourd'hui promu commandant de la première zone de défense de l'armée congolaise. L'officier avait participé à la "guerre de six jours" aux côtés de l'armée rwandaise. Il était même l'un des commandants de la rébellion. Il en est de même du général déchu Laurent Nkunda et du général Bosco Ntaganda, aujourd'hui détenu à La Haye. Côté politique, l'on peut citer entre autres Moïse Nyarungabo, cadre du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD, jadis groupe rebelle), qui est aujourd'hui sénateur.

jeuneafrique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand