Pages

mercredi 12 décembre 2012

RDC - Le département d'Etat critiqué pour son inaction dans la région des Grands lacs

Le département d'Etat (ministère américain des Affaires étrangères) a été mardi la cible de critiques d'élus du Congrès et d'ONG pour sa politique en Afrique des Grands lacs, notamment pour ne pas avoir réussi à stopper la rébellion dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).
"Les efforts internationaux pour construire un processus de paix crédible pour le Congo sont manifestement dans un piteux état, condamnant le pays à de nouveaux cycles d'un conflit dévastateur", s'est insurgé lors d'une audition à la Chambre des représentants le patron de l'ONG Enough Project, John Prendergast.
Au-delà d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à la fin des violences, "la réponse de la diplomatie internationale s'avère être extraordinairement inefficace", a poursuivi l'expert.
Le secrétaire d'Etat adjoint chargé de l'Afrique, Johnnie Carson, a longuement défendu la diplomatie américaine dans les Grands lacs, contestant qu'elle soit "faible".
Des pourparlers se tiennent actuellement à Kampala (Ouganda) entre la RDC et les rebelles du M23, mouvement de mutins qui combat depuis avril l'armée congolaise dans la riche province minière du Nord-Kivu (est). Le M23 est composé d'ex-rebelles tutsis congolais qui avaient été intégrés à l'armée de RDC après un accord de paix signé en 2009. Ils s'étaient mutinés au printemps en arguant que l'accord n'avait jamais été entièrement respecté.
L'est de la RDC, région frontalière avec le Rwanda et l'Ouganda, riche en cuivre, diamants et or, a été le théâtre de plusieurs guerres régionales de 1996 à 2003.
Kinshasa et l'ONU accusent le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le M23, ce que Kigali et Kampala nient.
Longtemps alliés au Rwanda du président Paul Kagame, les Etats-Unis ont commencé cet été à rompre leur idylle avec Kigali, réduisant leur modeste aide militaire et l'accusant de plus en plus ouvertement d'appuyer le M23.
Ces dernières semaines toutefois, le département d'Etat préférait appeler à "la fin des soutiens extérieurs au M23" plutôt que de désigner nommément le Rwanda et l'Ouganda.
M. Carson a cependant admis qu'il existait des "preuves crédibles" d'un appui rwandais aux mutins en RDC et reconnu que Washington n'avait jamais pris de sanctions contre des responsables de Kigali montrés du doigt par l'ONU.
Le représentant Christopher Smith a plaidé pour la création d'un "émissaire du président (Barack Obama) capable d'envoyer un message plus fort aux protoganistes du processus de paix".

Washington, 12/12/2012 (Belga / MCN, via mediacongo.net)
mediacongo.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand