Pages

samedi 17 décembre 2011

Lambert Mende et le député Adolphe Onosumba s'accusent d'incitation à la xénophobie

(Xinhuanet 17/12/2011)

KINSHASA -- Dans une déclaration faite vendredi, le député Adolphe Onusumba a accusé le ministre congolais de la Communication et Medias, M. Lambert Mende, d'avoir encouragé des actes de xénophobie et de violences intercommunautaires enregistrés à Lodja, dans la province du Kasaï oriental.

Joint au téléphone vendredi, le député Adolphe Onusumba incrimine M. Lambert Mende à propos de ces actes de xénophobie et de violence intercommunautaire qui ont fait, selon lui, au moins un mort et une vingtaine de blessés.
MM. Lambert Mende et Adolphe Onusumba Mende ont été tout les deux candidats à l'élection législative du 28 novembre dernier à Lodja, leur territoire d'origine.
M. Adolphe Onosumba a également affirmé avoir "des preuves, des sons enregistrés dans lesquels Lambert Mende incite les populations de Lodja à la haine tribale".
Le député Adolphe Onusumba accuse le porte-parole du gouvernement de mentir et l'invite à se préparer à "en répondre devant la CPI". De son côté, M. Lambert Mende affirme que le député Onusumba serait impliqué dans des manoeuvres électorales frauduleuses et dans l'incitation à la violence.
Lambert Mende a aussi réfuté l'information selon laquelle il y aurait eu un mort à Lodja à la suite de ces émeutes. Il a lancé un appel au calme à la population de Lodja.
LA VIOLENCE
Une personne a été tuée et une vingtaine de maisons incendiées dans des actes de violence et de xénophobie jeudi 15 décembre à Lodja centre et dans certains groupements du territoire de Lodja, au Kasaï Oriental, a signalé vendredi un membre de la société civile du Kasai Orientale.
Selon des témoins, des populations originaires de la forêt ont lancé des appels à la haine contre celles de la savane, sur l' antenne locale de la RTNC, la chaîne publique de radiodiffusion et de télévision, et de la Radio Télé Losanganya. Les directeurs de ces deux médias rejettent en bloc ces accusations.
Selon la Radio Okapi à Kananga, Lodja centre ressemblait vendredi MATIN à une cité fantôme.
"Pas d'écoles ouvertes, ni de marché, encore moins de services administratifs qui fonctionnent. Les actes de violence et de xénophobie ont débuté jeudi soir", at-il fait avoir.
Renaud Kabongo, professeur vivant à Lodja a indiqué qu'au départ de ces actes de violence, une altercation entre le député Adolphe Onosumba et un journaliste de la station locale de la RTNC.
"Ancien ministre de la défense et originaire de la savane, Adolphe Onosumba accompagné de ses gardes du corps s'est disputé avec un journaliste de la RTNC qu'il accusait de l'insulter régulièrement sur les ondes de ce média, affirment des témoins. Après la dispute, le même journaliste aurait alors appelé à chasser du territoire de Lodja toutes les personnes originaires de la savane", a-t-il expliqué.
Selon des sources concordantes, confirmées par des sources policières, le même appel a été relayé sur la RTL, la Radio Télé Losanganya appartenant au ministre de la Communication et des médias Lambert Mende.
A la suite de ce message, de centaines de personnes venues des villages Isambi Ndjombo, Denalo Holemba et Lotshimba sont descendus à Lodja centre jeudi soir armés de machettes, couteaux et gourdins.
Ils ont parcouru les rues de Lodja centre en menaçant les "Eswe ", les populations de la savane considérées comme des étrangers.
Deux maisons ont été incendiées et deux clôtures de parcelles détruites.
Vendredi matin, les violences ont à nouveau repris, avant de retomber à la suite d'un nouvel appel au calme.
Au final, une personne a été tuée au village Mende et une vingtaine de maisons appartenant à des non originaires ont été incendiées dans le groupement Iyendo. Le matériel du laboratoire médical de ce groupement a été détruit, et la moto du chef de centre a été emportée.
Selon notre confrère, à Lodja centre le bilan est revu à la hausse. Une vendeuse de pharmacie battue et hospitalisée sur place. Quatre maisons de commerce pillées dont deux détruites. Sept clôtures de parcelles détruites.
"Au groupement Vangakete, la maison de l'infirmier en chef a été réduite en cendres avec tous ses biens. Le médecin chef de zone, un non originaire, est en fuite.
Le directeur de la RTNC/Lodja et celui de la RTL nient que les appels à la xénophobie aient été diffusés par leurs médias", a-t il conclu.



© Copyright Xinhuanet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand