Pages

jeudi 4 avril 2013

Libéralisation prochaine du secteur de l’électricité en RDC

(Le Potentiel 04/04/2013)
La République démocratique du Cogo pourra libéraliser le secteur de l’électricité dans les prochains jours et ainsi permettre aux investisseurs intéressés d’apporter leurs contribution pour une meilleure desserte du courant électrique à travers le pays.
Cette libéralisation se fera grâce à la promulgation d’une loi qui vient d’être soumise au débat à la chambre basse du Parlement congolais. Le débat général autour de cette loi sur le secteur de l’électricité a eu lieu mardi 2 avril à l’Assemblée nationale.
La plupart des députés qui sont intervenus ont affirmé la nécessité de libéraliser ce secteur pour permettre un meilleur accès de la population à l’électricité.
Le 1er vice-président de la Commission Aménagement du territoire, Pierre Mujimba, a précisé sir Radio Okapi que le projet de loi présenté par le gouvernement va permettre à des investisseurs privés d’intervenir dans le secteur de l’électricité.
Jusqu’à présent, la Société nationale d’électricité (Snel), entreprise publique, détient le monopole de fait dans ce secteur, gérant la quasi-totalité des infrastructures.
Pierre Mujimba a indiqué que la RDC « a le taux de desserte électrique parmi les plus faibles d’Afrique, 9% ùmalgré son plus grand barrage, le barrage d’Inga,, alors que ses voisions ont un taux de 30, 50 ou 60% ».
Il a expliqué que l’Etat n’est pas capable d’améliorer ce taux de desserte. « Il faut donc qu’il y ait des investisseurs extérieurs qui interviennent », a-t-il soutenu.
Pour lui, si la loi est adoptée, les investissements privés pourraient porter aussi bien sur la production, la distribution, le transport que la commercialisation de l’électricité. Il a souligné que des critères seront établis pour sélectionner les investissements. Interrogé au sujet des tarifs que vont appliquer les nouveaux investisseurs, il a affirmé qu’une autorité de régulation « va veiller à ce que le prix soit abordable par rapport au pouvoir d’achat de la population ».
Après le débat, le bureau de l’Assemblée nationale a accordé 72 heures aux députés pour déposer leurs amendements. En février dernier, le Réseau national des ONG des droits de l’homme de la RDC (Renadhoc) a invité le gouvernement à inscrire l’électricité parmi les priorités de son action, regrettant que moins d’1% de la population de la capitale congolaise accède à l’électricité malgré « les potentialités énergétiques inimaginables » dont dispose le pays.
Au début du même mois, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo avait promis que la Snel allait désormais bénéficier d’une subvention de l’Etat pour améliorer la qualité de ses services.

© Copyright Le Potentiel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand