Pages

lundi 29 avril 2013

Avec 400 000 USD débloqués / Indemnisation des sinistrés de Sange : dossier clos

(Le Potentiel 29/04/2013)
Pari gagné pour la Direction générale de la Société nationale d’assurances (Sonas), chapeautée par Carole Agito Amela. Après moult tractations et procédures judiciaires diverses sur le dossier du sinistre de Sange, survenu en juillet 2010 et ayant causé plus de 300 morts dans la province du Sud-Kivu, le consortium des réassurances du COMESA a arrêté la somme de 400 000 USD pour l’indemnisation des victimes. Depuis le 15 avril, la Sonas a déjà payé des indemnités de 330 bénéficiaires sur un ensemble de 385 cas enregistrés. Cet exploit constitue, à lui seul, un cas d’école et devra interpeller toutes les compagnies qui ne veulent pas s’assurer en RDC pour des raisons inavouées.
Le sinistre de triste mémoire qui avait entraîné le décès de plus de 300 personnes et causé d’énormes dégâts matériels dans la cité de Sange, territoire d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu, vient de connaître son dénouement. Les victimes et leurs ayants droit ont été indemnisés grâce aux bons offices de Mme Agito Amela et toute son équipe de la Sonas auprès du Consortium des réassurances du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, COMESA.
Politique payante, le gouverneur du Sud-Kivu, Marcelin Cishambo, a présidé, le 12 avril 2013 à Uvira, la cérémonie officielle du démarrage du processus d’indemnisation des victimes et leurs ayants droit de Sange. C’était en présence des notables de la place, d’une délégation dépêchée de Lusaka, en Zambie, siège du secrétariat général de Comesa et des représentants de la Sonas Sarl.
Pour mémoire, le 2 juillet 2010, l’opinion tant nationale qu’internationale avait appris avec stupeur et grande émotion qu’un camion citerne chargé de près de 60 m3 de carburant (environ 49 000 litres d’essence super) à destination d’Uvira se renversa à la cité de Sange, située à 45 km d’Uvira dans la province du Sud-Kivu.
Il s’en était suivi une explosion qui avait causé le décès de plus de 300 personnes et de graves brûlures corporelles à une centaine d’autres. Près d’une soixantaine avait survécu à cette terrible catastrophe grâce à l’intervention urgente et prompte du gouvernement de la République, de la Sonas et des dons de divers organismes.
GRACE A UNE « CARTE JAUNE »
Ce véhicule citerne était couvert par une « carte jaune » du Comesa, un certificat d’assurance « International » délivré par une compagnie d’assurances basée à Nairobi donnant droit à une libre circulation sur l’ensemble des territoires des Etats membres du Comesa, à savoir le Burundi, la RDC, l’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, le Malawi, le Rwanda, le Swaziland, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.
Pour rappel, le Comesa est un marché commun regroupant les pays de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe susmentionnés pour la facilitation des opérations douanières en ce qui concerne la circulation des marchandises et la promotion du développement économique de ces derniers.
Conformément au manuel des opérations du régime et du consortium de la « carte jaune », la Sonas, en sa qualité de bureau national de la République démocratique du Congo, avait alors pris soin de notifier le sinistre au bureau émetteur de la carte jaune du Kenya en détaillant les circonstances de l’accident ainsi que ses conséquences, après vérification de la validité de cette carte jaune. Les victimes furent identifiées ? Les dossiers médicaux et autres documents administratifs constitués et rassemblés et la liste complète des sinistrés communiquée au consortium.
Au regard de l’ampleur des pertes et dégâts évalués à plus de 10 000 USD (plafond d’intervention arrêté pour le pavement des sinistres par les bureaux nationaux) le consortium des réassurances basé à Nairobi fut également saisi. Cette institution instituée par les Etats membres du Comesa, intervient pour les gros sinistres allant au-delà du plafond de 10 000 USD.
En plus des échanges de correspondances, plusieurs missions seront effectuées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour mener à bonne fin la procédure d’indemnisation. Dans cette démarche laborieuse, la Sonas bénéficia sans cesse de l’appui des autorités politiques et administratives nationales, provinciales et locales.
Après moult tractations et procédures judiciaires diverses, à la fin de l’année 2012, un montant de 400 000 USD fut arrêté par le Consortium pour clôturer ce dossier.
Le principe de la proportionnalité sur les indemnisations à allouer suivant chaque cas fut arrêté en lieu et place d’un forfait uniforme pour chaque victime, comme d’aucuns le réclamaient. En définitive, le nombre de bénéficiaires arrêté après harmonisation des listes entre la Sonas et le comité des sinistres dénommé « URFEISA » se présente comme suit : Cas de décès : 304 bénéficiaires ; Cas de lésions corporelles (brûlures) : 58 bénéficiaires ; Cas de dégâts matériels (maisons détruites et biens mobiliers perdus) : 24 bénéficiaires.
Le paiement a débuté depuis le 16 avril 2013 par le biais de la Banque TMB/UVIRA. A la date du 25 avril 2013, 330 cas ont déjà été payés sur 385. Les dossiers litigieux devaient faire l’objet d’une procédure de règlement particulier de manière à désintéresser tous les bénéficiaires, sans exclusion aucune.
UNE PAGE A TOURNER
Un coup d’œil rétrospectif sur Sange montre à suffisance combien ce drame a laissé des cicatrices dans nombreux foyers. L’explosion accidentelle s’était produit un vendredi soir. Au moment des faits, une grande partie de la population regardait le match de football opposant le Ghana, la dernière équipe africaine encore en lice dans la Coupe du monde, et l’Uruguay. Le coup de sifflet final n’avait pas encore retenti que, soudain, un camion-citerne s’est renversé et le pétrole s’est échappé de partout, mettant le feu aux habitations voisines.
On se souvient. C’était un spectacle terrible. Il y a eu de nombreux corps dans les rues. D’autres personnes « ont été tuées alors qu’elles tentaient de siphonner du pétrole ». La population était en état de choc indescriptible. Heureusement pour les rescapés, les autorités avaient coopéré avec l’ONU pour gérer la situation et transporter les blessés à l’hôpital.
Même si, jusqu’à ce jour, les causes de l’accident, qui s’est déroulé sur une route reliant les villes de Bukavu et Uvira, restent encore méconnues, l’essentiel vient d’être fait pour les sinistrés et leurs ayants droit : la Sonas vient de concrétiser une opération de longue haleine, en indemnisant tous les sinistrés régulièrement enregistrés après une minutieuse enquête diligentée sur les lieux du sinistre.

Encadré
N/Réf.:
V/Réf.:
Kinshasa, le
COMMUNIQUE DE PRESSE
La Société Nationale d’Assurances s.a.r.l porte à la connaissance du public que suite au sinistre de
triste mémoire du 02 juillet 2010 ayant entrainé le décès de plus de 300 personnes dans la Cité de Sange, Territoire d’Uvira, Province du Sud-Kivu, une mission a été diligentée par l’Administrateur Délégué a.i, AGITO AMELA Carole pour l’indemnisation des victimes et ayants droit.
Le Consortium des réassurances du COMESA a arrêté la somme d’USD 400.000,00 pour l’indemnisation des victimes.
Sur l’ensemble de 385 cas, du 15 au 24 Avril 2013, la SONAS s.a.r.l a procédé au paiement des indemnités au 330 bénéficiaires. Le processus poursuit son cours normal jusqu’à l’indemnisation de toutes les victimes.
La Direction Générale de la SONAS s.a.r.l exprime sa satisfaction pour la concrétisation de cette opération et remercie le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur le Président de la République Joseph KABILA KABANGE, le Gouvernement ainsi que les autorités provinciales et locales du Sud-Kivu qui l’ont accompagné jusqu’au dénouement de ce dossier sinistre.

Fait à Kinshasa, le 25 Avril 2013
AGITO AMELA Carole
Publié le lundi 29 avril 2013 00:48
Écrit par LE POTENTIEL

© Copyright Le Potentiel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand