Pages

jeudi 4 avril 2013

Motion annulée : Matata ou la preuve par neuf

(L'Observateur (RDC) 04/04/2013)
Depuis la deuxième République, notre pays traîne une triste réputation au niveau interne : les masses populaires ont comme l'impression, la nette impression, que ceux qui occupent les rênes du pouvoir travaillent contre elles, c'est-à-dire qu'ils font juste le contraire de ce à quoi ils sont normalement appelés.

On a ainsi vu des ministres, mais également bien d'autres mandataires, qui avaient la faveur des populations pour avoir posé tel ou tel autre acte positif être remerciés dans les heures qui avaient suivi, alors que ceux qui se distinguaient par des malversations financières, des détournements éhontés des deniers publics (un musicien congolais vient juste de chanter qu'il s'agit-là d'un mot pour travestir la vérité, qu'il faut bien parler, là aussi, de vol), ceux-là donc, disions-nous, étaient encensés, promus.
Lorsque le scandale était trop gênant, on les mettait quelques temps au garage avant de leur faire prendre l'ascenseur.
Conséquence des élections couplées de novembre 2011, c'est la majorité formée autour du Président Joseph Kabila qui est au pouvoir présentement en RDC, et cela pour cinq ans, comme le veut la Constitution qui régit ce pays. Le choix du Chef de file de cette majorité et Chef de l'Etat, pour le premier d'entre les ministres, s'est porté sur Augustin Matata Ponyo.
Mais ce monsieur dérange. Et pour cause, les politiciens de carrière, dans ce pays, confondent sciemment militantisme et compétence. Les politiciens de carrière reprochent à Matata Ponyo de " ne pas servir la majorité ou le PPRD ". Le fait est que le Premier ministre, tout en étant un fidèle de Joseph Kabila, tout en appartenant bel et bien à la majorité, n'est pas un militant, au sens où le MPR nous avait habitués. C'est-à-dire, des gens qui passent leur temps à louer, glorifier le Chef de l'Etat, même pour rien, des gens qui excellent dans la délation et la flagornerie.
Je reste persuadé que la meilleure façon de remercier un chef ou de le soutenir est de s'acquitter correctement, techniquement comme moralement, des tâches qu'il vous a confiées.
Depuis les indépendances africaines, les Chefs d'Etat qui ont été vomis ont d'abord été victimes des comportements négatifs de leurs entourages respectifs. C'est parmi ceux-ci qu'on trouve les militants. Le temps du militantisme, où l'élévation dépendait de l'activisme militant, est révolu et doit être définitivement rangé dans les oubliettes.
Le non-dit, dans ce qu'on reproche à Matata Ponyo, est, à n'en point douter, sa rigueur. Lorsqu'on lui reproche de ne pas assez servir la majorité ou le PPRD, ce qu'il faut lire entre les lignes est qu'il a fermé les robinets, qu'il a ôté le pain à la bouche de ceux qui sont habitués à se servir à satiété pour rien dans les caisses de la République, sans jamais se rassasier, pendant que le peuple continue à croupir dans une misère crasseuse.
Matata Ponyo est méticuleux et a toujours un œil regardant sur les factures fantaisistes qui sont confectionnées dans des laboratoires des fossoyeurs de l'économie nationale.
Matata dérange parce qu'il n'est pas un jouisseur. Il est atypique, alors que des jouisseurs ont décidé de bloquer indéfiniment l'essor de ce pays en l'orientant vers la danse et les applaudissements.
Matata sort des sentiers battus. Malgré les faiblesses inhérentes à la nature humaine, on sent la présence d'un gouvernement et de son chef, contrairement à l'immobilisme auquel on était habitué.
Il marque des points. Il force l'admiration, même de l'opposition. Car le peuple se retrouve en lui. Et si le trou n'était pas aussi profond, le peuple, qui est dans l'opposition comme dans la majorité, aurait déjà retrouvé ne fut-ce qu'un petit sourire.
Tous ces faits, à son actif, dérangent, ne peuvent que déranger, ceux qui sont à ses antipodes. C'est-à-dire ceux qui s'imaginent qu'être au pouvoir veut dire s'accaparer, pour leur intérêt personnel, ce qui revient à l'Etat, c'est-à-dire au peuple.
Le chef de l'Etat, garant de la nation, ne tombera pas dans le piège que lui tendent les ennemis de cette nation, ces envieux qui prennent le pays pour leur boutique privée leur laissée par leurs ancêtres, dans laquelle ils ne doivent que puiser inlassablement, sans même chercher à la faire fructifier.
Plusieurs personnes, même des compatriotes, même certaines autorités, déçues par la gestion calamiteuse de la RDC depuis la deuxième République, haussent le ton, se demandant de plus en plus si le soleil poindra encore dans ce pays que nous avons transformé en nuit noire.
Matata Ponyo est la preuve par neuf qu'il peut venir quelque chose de bon de la RDC. Ceux qui le combattent résistent en réalité contre le bonheur du peuple pour lequel, lui au moins, travaille.
Le Président, qui sait que la réussite de Matata est en fait sa réussite à lui, l'initiateur du programme gouvernemental, sait bien distinguer le bon grain de l'ivraie, la racaille. Le Chef de l'Etat était à la recherche de 15 oiseaux rares. Matata n'en est-il pas un de trouvé? Et de mieux trouvé.

L’Observateur

© Copyright L'Observateur (RDC)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand