Pages

jeudi 28 mars 2013

De Bangui à la Haye : Chute de Bozizé, une chance pour Bemba

Dans les compartiments de la Cour Pénale Internationale (CPI) depuis vendredi 22 mars dernier, le général Bosco Ntaganda comparait pour la première fois ce mardi 26 mars 2013 devant ses juges à La Haye(Pays-Bas). Au menu de cette audience : l’identification de l’accusé, l’information de ses crimes, l’énumération de ses droits (choix de la langue, etc.). Ce, avant l’audience de confirmation des charges lui imputées. Le dernier développement de la crise centrafricaine, marqué par la fuite de l’ancien homme fort de Bangui, François Bozizé, depuis samedi 23 mars 2013, pourrait avoir des effets sur un autre dossier de La Haye intéressant particulièrement les Congolais: le procès Jean-Pierre Bemba. Ce dernier, rappelons-le, est accusé auprès de la justice internationale pour des crimes qu’auraient commis ses troupes lors d’une intervention dans la capitale centrafricaine, entre 2002- 2003, pour sauver le fauteuil du défunt président, Ange-Félix Patassé, menacé par son tombeur d’antan, François Bozizé, lui-même aujourd’hui déchu. Pour avoir aidé son « ennemi » à se maintenir au pouvoir pendant quelques temps, Bozizé était assurément en droit de garder une dent contre (e leader du MLC. En tout état de cause, l’intrigue Bemba à la Cour Pénale Internationale est devenue aussi l’affaire de Bozizé. Alors que l’opinion internationale était largement mobilisée sur la plainte des organisations de droits de l’homme contre le sénateur et président du MLC pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, des pillages et des viols en RCA, on croit savoir que les témoins étaient encouragés par l’Etat centrafricain. Par ailleurs, on soupçonnait même ceux-ci d’être du même bord politique que François Bozizé. Sa chute, autant que les conséquences qui vont en découler, et compte tenu de tout ce qui s’est passé le week-end dernier à Ban- gui, il faut craindre que les témoins ne soient plus suffisamment motivés pour porter de coups au plus célèbre détenu congolais de La Haye, Jean-Pierre Bemba Gombo. Cette appréhension s’accentue davantage dès lors que c’est le président fugitif qui assurait parfois la sécurité des témoins, voire les prenait n charge. Maintenant que la situation a sensiblement changé sur terrain, l’idée de voir ces auditeurs se bousculer au portillon s’effrite de plus en plus. D’où la chance du Chairman du. MLC de voir la balance pencher en sa faveur… Il convient de rappeler qu’à la suite du refus de certains témoins de Jean-Pierre Bemba de se rendre à La Haye, les juges avaient demandé de suspendre le procès afin de permettre à toutes les parties de s’organiser pour permettre au procès de se dérouler dans de bonnes conditions. Maintenant que les conditions sont réunies, les juges ont instruit le greffier à prendre toutes les solutions utiles pour faciliter l’organisation matérielle pour des vidéoconférences avec les témoins qui refusent de déposer à la Haye.

Tshieke Bukasa
direct.cd

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand