Pages

mardi 5 mai 2015

Un émissaire de Kabila chez Tshisekedi

Les inconditionnels de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) étaient tout surpris de voir débarquer matinalement, la samedi 02 mais 2015, à la résidence d’Etienne Tshisekedi, sur la rue Pétunias, dans la commune de Limete, un fidèle de Joseph Kabila généralement considéré comme un homme de l’ombre. Il S’agissait de l’Administrateur Général de l’ANR (Agence National de Renseignements), Kalev Mutond. Cette présence avait de quoi susciter des interrogations car le maître des lieux est absent du pays depuis le mois d’août 2014 et en séjour médical à Bruxelles, en Belgique, ainsi que son épouse, Marthe Kasalu.
Mais, manifestement, la visite n’était pas improvisée. En effet, les observateurs ont constaté que les principaux collaborateurs de Tshisekedi se trouvaient sur place, à savoir Bruno Mavungu, Secrétaire national chargé des Relations extérieures, etc. Selon des sources dignes de foi, les échanges entre les deux parties ont duré presque trois heures. Bien qu’aucune déclaration n’ait été faite à la presse, l’on croit savoir que le menu s’est focalisé autour du processus électoral 2015-2016, dont plusieurs articulations posent problème : calendrier électoral non consensuel, fichier électoral non audité, nouveaux majeurs exclus du vote, financement incertain, neutralité de la Ceni mise en cause par l’indisponibilité de l’abbé Malumalu (Société Civile), exigence de l’ajournement des élections locale municipales et urbaines au-delà de 2016, etc.
On rappelle que l’UDPS avait posé, de longue date, entre autre préalables à la tenue des élections, l’organisation d’un «Dialogue national inclusif» entre l’Opposition regroupée autour d’Etienne Tshiskedi et la Majorité Présidentielle ayant comme « Autorité morale » Joseph Kabila. Objectif : résoudre la crise politique qui frappe le pays depuis les élections présidentielle et législatives de novembre 2011 marquées par la falsification de la vérité des urnes.
Le déplacement du patron de l’ANR à Limete serait-il le signal d’un début de rapprochement entre les deux camps politiques précités ? Il serait difficile de le soutenir d’emblée. Il y a lieu de noter toutefois que l’émissaire de Kabila a pris langue avec l’UDPS à la veille de l’expiration de la première date fixée par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) pour le dépôt des candidatures aux élections législatives provinciales, prolongée finalement de 20 jours. Pourtant, lors de son point de presse du mercredi 15 avril 2015, l’abbé Malumalu avait martelé que son institution allait exécuter son calendrier sans tenir compte des gesticulations de l’Opposition. L’on pense que les délégués de l’UDPS ont fait part à Kalev de leurs préoccupations relatives à la nécessité de la transparence du processus électoral en cours, notamment à travers un dialogue autour d’un calendrier électoral consensuel, d’un fichier électoral contrôlable par toutes les parties prenantes, de l’enrôlement de nouveaux majeurs (jeunes âgés de 18 à 22 ans), des garanties de financement des élections locales, municipales et urbaines sur fonds propres du gouvernement, aux menaces dé glissement des mandats des membres des institutions actuelles à la suite d’un découpage territorial décidé dans la précipitation et en passe d’être exécuté sans, moyens, etc.
Le souci du parti d’Etienne Tshisekedi est que tout le monde se mette d’accord sur les termes de référence du processus électoral, afin d’éviter qu’il n’aille tout droit dans le mur, à cause des contraintes politiques, juridiques et financières visiblement insolubles qui se profilent à l’horizon. A Limete, on redoute les conséquences d’un passage en force de la CENI et de la Majorité, susceptible de plonger la RDC dans une situation de chaos aux conséquences difficiles à gérer.

Kamerhe, Bazaiba … consultés aussi

L’on a appris qu’après son passage par la résidence d’Etienne Tshisekedi, le numéro un de l’ANR s’est déporté au centre de la ville, dans la commune de la Gombe, où il a consulté, en début d’après-midi, plusieurs leaders de l’Opposition, dont le président de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), Vital Kamerhe, et la Secrétaire générale du MLC (Mouvement de Libération du Congo), Eve Bazaiba, au siège de ce parti, sur l’avenue du Port. On laisse entendre que l’objet de leurs entretiens a porté sur les voies et moyens d’avoir un processus électoral apaisé et transparent entre 2015 et 2016. Il est quasi certain que les contacts vont se poursuivre avec d’autres acteurs avec l’Opposition. L’opinion attend impatiemment l’issue de ces consultations pour savoir quel impact elles vont avoir sur les opérations préélectorales et électorales de la CENI.
Par Kimp
direct.cd

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand