Pages

mercredi 6 mai 2015

Plusieurs entreprises américaines continuent à financer la guerre en RDC !

Plus de mille sociétés ou entreprises américaines sont concernées par l’exploitation ou la commercialisation des minerais du sang en RDC et dénoncent en même temps que 79 % de ces entreprises ne respectent pas les exigences minimales de la loi américaine sur les minerais de sang en République Démocratique du Congo (RDC).
La Voix de la Russie  / SPUTNIKNEWS : " Notre observateur a interviewé par téléphone de Londres le Président de l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo, monsieur Honoré Ngbanda, auteur de plusieurs ouvrages sur la politique et l’économie. Son récent livre " Strategie du Chaos et du Mensonge : Poker Menteur en Afrique des Grands Lacs"  paru en novembre 2014.

L’Agence France Presse souligne le rapport fait par Amnesty International et Global Witness qui relèvent que plus de mille sociétés ou entreprises américaines sont concernées par l’exploitation ou la commercialisation des minerais du sang en RDC et dénoncent en même temps que 79 % de ces entreprises ne respectent pas les exigences minimales de la loi américaine sur les minerais de sang en RD-Congo."

Honoré NGBANDA - Pour moi, l’annonce faite par l’AFP est un non-événement. De mon point de vue, le rapport d’Amnesty International et de Global Witness relèvent d’une vaste hypocrisie occidentale quivise à brouiller la lecture de véritables causes et objectifs du drame qui se joue dans la Région des Grands Lacs Africains depuis 1990.
Dans mon livre «Crimes organisés en Afrique centrale. Révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux» publié en 2004, et dans le dernier livre «Stratégie du chaos et du mensonge : Poker Menteur en Afrique des Grands Lacs » que je viens de coécrire en 2014 avec mon compatriote Patrick Mbeko, je ne cesse de dénoncer cette hypocrisie généralisée en Occident. C’est à cause de cela qu’aucun média occidental n’accepte de m’accorder la parole parce que les puissances qui ont allumé le feu dans la région des Grands Lacs Africains et particulièrement en RDC ne veulent pas que le reste du monde sache exactement la véritésurce qui se passe réellement en RD-Congo. C’est pourquoi je tiens à remercier «La voix de la Russie» pour son initiative.
Monsieur , on ne peut pas demander aux entreprises américaines de renoncer à l’utilisation des minerais du sang en RD-Congo. Et quand certains hommes politiques américains et autres occidentaux initient de telles lois dans ce sens, ils jouent seulement leur partition dans ce vaste orchestre du mensonge. Car les auteurs qui ont installé le chaos qui règne en RD-Congo depuis 1996 sont justement ces multinationales américaines qui ont financé ces guerres pour contrôler et piller nos mines d’or, de diamant, de coltan et de cuivre qu’on qualifient aujourd’hui hypocritement de « minerais de sang ».
Pour cela, je dois vous rappeler quelques faits historiques pour illustrer cette hypocrisie occidentale. Nous avons enregistré d’une part, plusieurs rapports d’experts de la commission d’enquête de l’ONU sur les pillages et l’exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC et, d’autre part nous nous souvenons du rapport de la commission sénatoriale belge sur les pillages des ressources naturelles de la RDC.
Dans tous ces nombreux rapports d’enquêtes et d’études publiés, les experts ont dénoncé chaque fois le pillage et l’exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC et ont aussi chaque fois formellement identifiés les pays, les sociétés, les firmes et les différents groupes d’intérêts qui sont impliqués dans ce pillage. Les experts onusiens ont même plus d’une fois formulé des recommandations qui ont conduit les organes compétents de l’ONU à prendre des résolutions pour sanctionner les principaux pilleurs.
C’est pour cela que nous nous posons toute une série de questions. Pourquoi donc toutes ces recommandations pertinentes et toutes ces bonnes résolutions de l’ONU sont-elles restées de vœux pieux et n’ont jamais connu un début d’exécution ? Pourquoi les responsables de l’ONU et du Sénat belge qui avaient diligenté les enquêtes avaient-ils tous refusé de communiquer des informations importantes sur certains contrats léonins illégaux, sous prétexte de confidentialité ? Pourquoi ce refus ? Et quels sont ces pays, ces sociétés et ces hommes placés au-dessus de l’ONU et protégés par la confidentialité des sénateurs belges et des experts de l’ONU ? C’est ça l’hypocrisie occidentale dont je parle et que je dénonce.
La vérité est toute simple, monsieur le journaliste. Ce sont les mêmes lobbies politiques et financiers, auteurs de pillage en RDC, qui déploient leurs multiples et puissantes tentacules de pieuvre pour bloquer par des mécanismes de pression, de chantage, de diversion et d’intoxication, l’application de toute mesure qui vise à mettre fin au pillage et à la violence en RD-Congo. La guerre qu’ils y ont conçue et planifiée a justement pour objectif de leur créer un cadre idéal de chaos pour perpétrer impunément ces crimes dont le peuple congolais paie aujourd’hui un lourd tribut.
Ces sociétés américaines sont des pyromanes à qui on demande hypocritement de jouer aux sapeurs-pompiers pour éteindre l’incendie qu’ils ont allumé pour mieux piller la RDC. Comprenez bien qu’ils n’accepteront jamais d’éteindre leur propre feu ; et ils n’accepteront pas que quelqu’un d’autre le fasse non plus !
Le cas de la société AMFI est particulièrement éloquent. Elle a créé une branche spécialement pour gérer les minerais du sang dans le Kivu en RDC. Cette filiale s’appelle ADASTRA/AMFI. Elle a une autre filiale liée à la NASA et qui s’appelle NASA/BETCHEL. Et cette branche d’AMFI liée à la NASA a fourni aux troupes rwandaises et ougandaises de l’AFDL au Zaïre en 1996 et 1997 des photos satellitaires de reconnaissance des mouvements des troupes des FAZ au sol durant les combats et elle a fourni aussi des fréquences de communications des troupes zaïroises à la coalition ennemie. Elle a créé des cartes infrarouges des gisements importants des minerais de la RDC en vue d’orienter facilement les sociétés américaines, dans le processus d’occupation et de partage du territoire congolais, vers les « zones utiles » !
Toutes ces informations-là, toutes ces vérités-là sont connues des médias et des dirigeants politiques occidentaux. Mais personne ne veut en parler publiquement, parce que cela fait partie de ce que j’appelle la «Stratégie du chaos et du mensonge» !
Voilà pourquoi je dis que l’article de l’AFP est un non-événement pour moi et une simple mise en scène qui vise à distraire et à tromper la vigilance des patriotes congolais. Mais c’est raté !
Et l’ONU est parfaitement au courant de toutes ces informations. Depuis 2014 à Addis-Abeba, la communauté internationale a décidé de créer une Brigade Spéciale d’intervention rapide de l’ONU pour neutraliser par la force toutes les forces dites négatives contrôlant justement les sites des fameux minerais de sang. Ils ont fait venir des milliers de militaires de la Tanzanie et de l’Afrique du Sud ; ils ont même envoyés des dromes prétendant qu’ils devaient localiser tous les mouvements des troupes des forces dites négatives. Jusqu’aujourd’hui, alors que le délai de l’ultimatum est expiré depuis le mois de janvier 2015, la MONUSCO n’a encore tiré aucune balle. Je me pose la question : Pourquoi ?
Par contre, deux bataillons rwandais ont envahi le Kivu et 1 autre bataillon ougandais envahit la Province Orientale de la RDC. Pendant ce temps, nous avons plus de 20.000 casques bleus en RDC, et la région où opèrent les forces dites négatives (c’est-à-dire le Kivu) est enclavée. Comment alors expliquer que durant plus de 20 ans, ces forces négatives continuent à se ravitailler en armes et munitions à partir de leur zone enclavée sans que les forces de l’ONU présentes dans les villes et aéroports ne le sachent ? Cela est-il seulement compréhensible en dehors d’une complicité avérée ?  

Igor YAZON - Monsieur Honoré Ngbanda, l’histoire de votre pays est tellement chargée des conflits alimentéspar le trafic des ressources naturelles…

Honoré NGBANDA - Tout à fait. Toute cette guerre comme je viens de vous le dire n’a comme but que les ressources naturelles. Quand vous regardez comme révélé dans mon livre « Crimes organisés en Afrique Centrale - Révélation des réseaux rwandais et occidentaux », j’ai relevé les déclarations des hommes d’Etat américains qui ont dit clairement que l’heure est venue pour rentrer en Afrique, rentrer au Congo pour nous emparer de ses richesses. Cela a été dit publiquement devant le Senat américain, dans les forums en Afrique. La communauté internationale aujourd’hui, vous savez, est dirigée par ces mêmes gens et c’est ce qui fait qu’aucune décision n’a été prise et même les résolutions prises au sein de l’ONU n’ont jamais jusqu’ici connu d’application sur le terrain parce que justement on demande aux pyromanes qui ont mis le feu de servir de pompiers.

Igor YAZON - Ce pillage des ressources naturelles du Congo et les crimes générés par ce pillage durent depuis plusieurs décennies, y a-t-il quelques solutions ?

Honoré NGBANDA -  La solution de ce problème viendra des Africains mais maintenant il y a des conséquences. Nous vivons maintenant dans la mondialisation et les jeunes Africains qui se réveillent aujourd’hui se rendent comptent qu’ils vivent dans un pays riche mais ils sont pauvres dans des pays riches. Ils se posent alors des questions de savoir où sont parties leurs richesses.
Et, lorsque j’entends certains dirigeants occidentaux aujourd’hui dire qu’ils n’ont pas à accueillir toute la misère du monde, je me dis soit ils sont aveugles soit ils sont idiots parce qu’ils ne comprennent pas encore la réalité des choses. La solution aujourd’hui est que si l’Europe compte devenir riche toute seule, elle sera détruite, car ce ne sont pas les barbelés qui vont arrêter les vagues migratoires. Tant qu’on ne rétablira pas l’équilibre qui fera que les pays africains propriétaires des richesses puissent eux aussi être bénéficiaires de leurs propres richesses afin de créer, tant que faire se peut, l’équilibre entre le nord et le sud, alors le Nord sera détruit par sa propre politique. Aujourd’hui, nous avons à faire à des vagues des jeunes qui se heurtent aux barbelés, mais demain, je ne suis pas prophète, il y aura peut-être des vagues d’un autre genre que l’Europe ne contiendra pas!

Igor YAZON - Monsieur Honoré Ngbanda êtes-vous optimiste pour le futur de votre pays, le plus riche sur le continent africain ?

Honoré NGBANDA - Je suis l’homme le plus optimiste pour l’avenir de mon pays et je vais vous dire pourquoi. Je constate que la jeunesse africaine et congolaise se réveille dans la diaspora comme à l’intérieur du pays. Cette jeunesse a besoin aujourd’hui du leadership pour pouvoir le conduire à s’assumer elle-même en se libérant du syndrome du larbin qui habite beaucoup de générations d’hommes politiques africains qui, eux, se retournent vers les prédateurs et les bourreaux de l’Afrique pour attendre des solutions. La plupart des dirigeants politiques africains pour qu’ils soient acceptés par leurs peuples se tournent vers le Nord pour avoir le quitus de Londres, de Paris, de Bruxelles ou de Washington. Mais il faut que la jeunesse congolaise comprenne qu’elle doit s’assumer à l’instar des Chinois, des Brésiliens, des Latino-Américains par exemple qui se sont assumés et ont réussi à sortir du sous-développement.
Je suis optimiste et je me bats pour communiquer à la jeunesse de mon pays cette connaissance et cette expérience qui feront qu’elle prenne conscience et ait confiance en elle pour s’assumer pleinement. Et il suffit d’établir en RDC un Etat fort et stable avec une bonne gestion pour qu’en moins de cinq ans la RDC reprenne sa place dans l’échiquier des nations.
- Fin -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre message.
Je tiens à vous rappeler que vous etes le seul responsable des propos tenu dans vos commentaires...

Recent Posts

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget
referencement google - messenger 9 - photo en studio - Plombier Noisy le grand